Bleue comme une orange

Est-ce qu'une rose aurait ce parfum unique et poudré si elle était bleue ?

Peut-être pas ...


Dans l’étude Plos One, on découvre qu’effectivement, pour certains individus, les odeurs se pensent en couleurs. Quand on leur demande leur senteur favorite, certains ne répondent pas « la cerise » mais « le rouge »… Pour d’autres, ce sera l’évocation du bleu comme un parfum en soi.

Il ne s’agit pas ici de synesthésie qui est un trouble neurologique qui perturbe les sens mais bien de savoir pourquoi et comment un individu va visualiser une odeur au travers d’une couleur.

Un groupe de scientifiques internationaux a donc demandé à des volontaires de différents pays de sentir 14 fragrances et de les associer à une couleur dans un choix potentiel de 36 propositions.

Les résultats ont montré des évidences quelle que soit la nationalité à savoir, un parfum fruité est systématiquement partout associé au rose ou au rouge, tandis qu’une senteur aromatique impose dans l’imaginaire la couleur verte.


Mais ce qu’il est intéressant de voir c’est que si on est effectivement rassurés par une association logique couleurs/parfums, une combinaison "étrange" est spontanément rejetée par les consommateurs qui y voient une source de désordre et de confusion.

Pas étonnant donc que la décoration d'intérieur se soit intéressée à ce sujet pour associer une teinte, une odeur, des formes, des mouvements et réussir à créer un espace où l'on se sent bien.


On parle ici de la "déco des émotions" évoquée par Sophie Mouton-Brisse et la notion de bien-être profond quand on réussit à créer une belle harmonie de nos sens.


Une nouvelle brique pleine de promesses dans nos projets de marketing olfactif.


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout