• EFL

Les incroyables sculptures organiques de Simone Pheulpin

Dernière mise à jour : 11 mars


Née à Nancy en 1941, Simone Pheulpin a grandi dans les Vosges. Ce sont les paysages de lacs et de massifs de cette terre du textile qu’elle revisite entre les plis de ses œuvres et les milliers d’épingles qui les soutiennent. Autodidacte, l’artiste a développé sa propre technique, qu’elle perfectionne depuis près de 50 ans.

Par sa pratique originale et innovante, elle continue de soutenir la tradition française en utilisant exclusivement un coton issu de l’une des dernières manufactures vosgiennes, mais également des épingles provenant de la dernière manufacture d’épingles de couture française.


Les œuvres de Simone Pheulpin, représentée par la galerie maison parisienne, sont entrées dans les collections publiques de plusieurs institutions : l’Art Institute of Chicago aux États-Unis (2018), le Victoria and Albert Museum de Londres (2018) et le Musée des Arts Décoratifs (2019 puis 2021).

En 2015, la Fondation des Ateliers d’Art de France lui décerne le Prix Le Créateur, qui récompense la créativité et modernité ainsi que la capacité des artistes à imaginer un projet d’exposition. En 2017, elle reçoit le Grand Prix de la Création de la Ville de Paris, attribué par la Mairie de Paris, dans la Catégorie Métiers d’Art et l’exposition « Un monde de plis » lui est consacrée à la Chapelle Expiatoire. En 2018, la Fondation Loewe à Londres récompense le travail de l’artiste en lui décernant le Prix d’honneur du Loewe Craft Prize.


La maîtrise du travail sculptural dont fait preuve Simone Pheulpin lui permet de transformer un matériau des plus simples – des bandes de tissu de coton brut – en œuvres se faisant tour à tour corail, coquillage, mousse, écorce, pierre fossilisée, ou encore ivoire, reflet des matières, textures et motifs qui ont inspiré l’artiste. Mono-matière, monochrome, son œuvre ouvre sur une infinité de possibilités de formes et de volumes. Ce long et minutieux travail d’empilement, d’enroulage, de serrage constitue pour elle un processus méditatif. Dissimulant les épingles enchevêtrées qui maintiennent ses sculptures, le tissu écru ne laisse plus à voir qu’un trompe-l’œil organique.


Simone Pheulpin, plieuse de temps, du 7 décembre 2021 au 16 janvier 2022, au Musée des Arts Décoratifs, 107, rue de Rivoli, 75001 Paris, www.madparis.fr

10 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout